Découvre de vrais conseils concrets pour savoir comment dire stop avant de finir en burn out et d’avoir du mal à remonter la pente.

On a déjà vu les signes avant-coureurs du burn out mais comment faire pour s’en sortir concrètement si tu t’en sens proche ? Quelle est l’étape suivante une fois que tu as fait ton auto-diagnostic ?

Conseil n°1 pour éviter le burn out : compte tes heures

Si tu as le moindre doute ou si tu te demandes si tu fais un burn out, si tu sens l’épuisement venir, compte tes heures formellement.

Je sais qu’on vit dans une société où il est important d’être toujours occupée, d’être toujours en train de faire quelque chose de productif. Où on se dit que pour réussir, il ne faut jamais se limiter et être au maximum 100 % du temps.

Mais c’est impossible.

Tu n’es pas une machine et même les machines ont des temps de maintenance. Tu as aussi besoin de maintenance sous forme de pauses.

Et le seul moyen de se rendre compte de ça, c’est de compter tes heures. Prends un carnet, note l’heure à laquelle tu commences à travailler, quand tu prends ta pause café, ta pause déjeuner, ta pause clope, quand tu reprends et quand tu termines ta journée de travail.

Ne mens pas. Si tu as envie de tricher ou si tu te sens mal à l’aise à le faire, c’est le signe d’un vrai problème. Et si tu n’as aucun problème à le faire et qu’à la fin de la semaine tu te rends compte que tu as marqué 50 ou 55 heures, c’est trop ! Ça peut arriver une semaine de temps en temps mais si c’est tout le temps, ce n’est pas possible de tenir sur la durée.

Conseil n°2 anti-burn out : prends de vraies pauses

Même les entrepreneuses et les indépendantes à leur compte prennent une journée ou deux par semaine pour souffler.

Toi aussi tu as le droit à ton break si tu travailles pour quelqu’un et surtout si tu étudies. Tu n’es qu’au début de ta vie professionnelle, ne t’épuise pas déjà !

Tu te dis que c’est impossible parce que tu fais Paces, parce que tu es militante et que les gens ont besoin de toi, parce que tu es cheffe de projet… Mais c’est possible et indispensable !

J’ai vu des projets voir passer 3 chefs de projet différents et être menés à bout. Dans ma promo d’ingénieur, ma prof de maths a forcé un de mes camarades à aller voir un film chaque week-end comme devoir maison et à lui raconter le film chaque lundi pour lui permettre de lâcher prise. Et tu sais quoi ? Il a réussi pareil, voire sûrement mieux parce qu’il prenait 2 heures chaque semaine pour penser à autre chose.

Conseil n°3 contre le burn out : pose-toi des questions

Si tu sens que tu vas craquer, profites-en pour te poser de vraies questions.

  • Ton environnement de travail est-il toxique ? As-tu été poussée vers le burn out à cause d’un management qui passe son temps à te fliquer et à te rabaisser sans jamais te féliciter ? Si c’est le cas, claque la porte ! C’est malsain. Vois ça comme de la radioactivité, il faut partir très vite pour ne pas tomber malade.
  • Te pousses-tu toute seule au burn out ? Je ne veux pas te blâmer, tu es une victime avant tout de la société patriarcale qui t’a imposée ses idées, mais si tu as l’impression que tout ce que tu fais n’est jamais assez, si tu souffres d’un syndrome de l’imposteur, ça risque de te mener au burn out. Lève le pied et fais-toi aider.

Conseil n°4 pour ne pas tomber en burn out : traite-toi comme une amie

Je persiste et signe : sois bienveillante avec toi-même.

Si ta voix intérieure te répète sans cesse que tout ce que tu fais n’est pas assez bien, que tu n’es pas capable de trouver de la reconnaissance toi-même sur ton travail, c’est dangereux.

On traite déjà très mal les femmes dans notre société alors si tu te traites mal, tu ne seras entourée que de malveillance. Si tu réussis à être bienveillante envers toi comme tu le serais avec une amie, ça va forcément te faire du bien et de permettre de poser des limites saines en termes de pauses et de jours de repos.

Si tu as d’autres conseils pour éviter le burn out quand on reconnaît les premiers symptômes, dis-le nous en commentaire. Tu vas réussir à être une Girl Boss, même si tu fais une pause maintenant, j’en suis certaine !

Et si tu as besoin d’un coup de pouce pour mieux te traiter et prendre du recul sur ta vie professionnelle, cale un coaching avec moi dans ton agenda !