On continue dans la série “dans le portefeuille de…” qui est destinée à vous présenter la gestion financière de différentes Girl Boss de la communauté PowHER ta carrière.

Sous forme d’interview, je te laisse découvrir le budget de P., qui vit avec un SMIC dans la ville de Nice.

PowHER ta carrière : Quel métier exerces-tu ?

P. : Je suis employée polyvalente dans un magasin d’alimentation bio. Pour remettre un peu de contexte, j’ai 34 ans. Je suis née au Portugal, j’ai grandi et fais toutes mes études en France, en région parisienne. Mes parents sont “du pays” et sont employés comme maçon et femme de ménage.

PTC : Où vis-tu ? Habites-tu seule ? Est-ce que tu as quelqu’un à charge ?

P. : Je vis à Nice, en colocation avec deux autres personnes. Je suis célibataire, je n’ai pas d’enfants et aucun parent à charge.

PTC : Quels sont tes revenus chaque mois ?

P. : Je gagne le SMIC soit 1 200 € par mois net. Il y a très peu de variation dans ce salaire. Je reçois aussi environ 200 € d’aides sociales par mois.

Je perçois donc au total 1 400 € par mois.

PTC : Quelles sont tes dépenses sur un mois type ? Dans quel poste de dépenses ?

P. : Je dépense 1 000 € par mois. Voici le détail :

  • Dépenses fixes (ne changent jamais) :
    • Loyer : 480 € (toutes charges et factures comprises)
    • Banque : 9 €
    • Téléphone : 13 €
    • Spotify : 10 €
    • Transports : 28 €
    • Salle de sport : 20 €
  • Dépenses variables (en moyenne, pas de gros changements) :
    • Courses alimentaires : 250 €
    • Courses pour la maison : 10 €
    • Hygiène/beauté : 30 €
    • Sorties/restaurants : 100 €
    • Shopping : 50 €

     

PTC : Est-ce que tu épargnes ? Si oui, de quelle façon ?

P. : Oui, toujours ! D’ailleurs c’est la première chose que je fais après avoir reçu mon salaire. Je mets 200 € direct de côté mais aussi toutes les aides sociales du mois auxquelles je ne touche jamais.

Je laisse tout sur mon compte courant car tu ne sais jamais ce qui peut arriver et il est toujours bon d’avoir au moins 500 € en cas d’urgence plus un mois entier de dépenses de côté.

J’ai l’esprit plus tranquille comme ça.

Une fois par an, je mets tout l’argent que je peux sur mon compte épargne : seulement l’argent que je suis sûre de pouvoir mettre tranquillement de côté et ne plus y toucher.

Dans l’année, il y a aussi des dépenses ponctuelles comme des rendez-vous médicaux, des cadeaux, des vacances etc., ce qui fait qu’il me reste généralement 3 000 € d’économies réelles à l’année.

PTC : De manière générale, t’inquiètes-tu beaucoup pour l’argent ou pas ?

P. : 
Oui et je déteste ça, je me sens pauvre et limitée. Je trouve que je gère très bien mon argent mais même comme ça je ne me sens jamais à 100 % tranquille.

Les grandes étapes de la vie, mariage, maison, enfants et retraite, me semblent hors d’atteinte et ça m’énerve. A tel point que je vais me mettre en abandon de poste, toucher le chômage, et me former en tant que Data Analyst.

J’ai un Bac+4 en Commerce international (Paris IV La Sorbonne), je suis trilingue (français, anglais, portugais) et j’ai deux expériences à l’étranger (Chine et Emirats Arabes Unis) mais même avec tout ça, je suis la preuve que ce n’est pas évident de trouver un poste bien payé. Donc j’ai opté pour la réorientation/reconversion professionnelle dans les prochains mois. Wish me luck !

PTC : Est-ce que tu fais un budget ou tu préfères te laisser porter?

P. : Budgeting is EVERYTHING baby ! Blague à part, je planifie mes dépenses tous les débuts de mois.

J’inscris toutes mes dépenses sans exception sur mon appli (Money manager). Je vois combien j’ai dépensé, dans quelles catégories et combien il me reste tout au long du mois.

A la fin du mois je reporte le tout sur mon carnet face à mon estimation de début de mois. Je peux alors analyser où j’ai plus ou moins dépensé comme ça et je vois, avec grande satisfaction, mes économies augmenter !

 

Tu trouveras des conseils pour gérer ton budget plus facilement ici et tu peux retrouver le premier volet de cette série dans le portefeuille de .

Je souhaite plein de réussite à P. dans son changement de carrière. Il n’est jamais trop tard pour faire une reconversion professionnelle, surtout quand on ne se sent pas en confiance dans sa vie actuelle. You go girl !